<img height="1" width="1" style="display:none;" alt="" src="https://px.ads.linkedin.com/collect/?pid=98653&amp;fmt=gif">
Go to dennemeyer.com

Taking the fast lane - New PPH program between Japan and France

Dr. Mathieu Buchkremer / December 22, 2020
Taking the fast lane - New PPH program between Japan and France

January 2021 will start with France and Japan strengthening their relationship in the arena of Intellectual Property as a new Patent Prosecution Highway (PPH) agreement between the Japanese Patent Office (JPO) and the French National Institute of Industrial Property (INPI) takes effect.

Editor's note: the article was written before January 1, 2021 (date of entry into force of the PPH program) and before publication of the official guidelines. 

Contributors:
Stéphane Speich
Patent Attorney (BE, LU, FR), European Patent, Trademark and Design Attorney
Trademark and Design Attorney (EM, BX, FR)

Kazuya Sekiguchi
Patent Attorney (JP), European Patent Attorney

This agreement is a direct follow-up to JPO Deputy Director Hiroyuki Nakano's meeting with the INPI in February 2020. It is also a consequence of the changes brought by the French government to the patent examination proceedings at the INPI through the new Business Growth and Transformation Action Plan (PACTE) law of May 2019.

Following the amendment to the Intellectual Property Code, and set for their implementation with respect to all patent applications filed in France since May 22, 2020, both the novelty and inventive step requirements must be fulfilled for a French patent to be granted. Examiners can now refuse a patent application that does not meet these two criteria.

Contact our experts now!

Now that the Japanese and French patent systems are aligned, applicants from both countries might be interested in taking advantage of this new PPH agreement for accelerating the examination proceedings in both jurisdictions. Under this agreement — provided all applicable requirements are met — French applicants may request acceleration of the examination proceedings in Japan (and vice versa).

Entering the highway

PPH programs are known for enabling an applicant whose application has been determined patentable by an office of first filing (OFF) to undergo an accelerated, simplified examination in the office of second filing (OSF).

Specifically, a PPH request may be filed as long as the OSF did not issue a first office action. The requirements for filing a PPH request between France and Japan will be specified by dedicated guidelines and align with existing ones. Namely:

  • At least one claim must be found allowable in the latest OFF office action.
  • The allowable claim(s), corresponding office actions and prior art cited by the OFF must be provided to the OSF when filing the PPH request.
  • A claims correspondence table must be presented, showing the similarities and differences between the claims found allowable by the OFF and the claims as submitted to the OSF.
  • A translation of the allowable claims and the corresponding office actions must be furnished to the OSF in its correspondence language.
Taking-the-fast-lane---New-Patent-Prosecution-Highway-programme-between-Japan-and-France02

An invention considered to be patentable by the Japan Patent Office might be considered more favorably by the French Examining authority in view of the examination results obtained in Japan, if positive. Likewise, the possibility for the JPO to access the INPI search and examination results of a French application will speed up the process in Japan.

Excepted for patent documents the OFF and the OSF can access, the final point listed above implies that the aforementioned elements should be translated from Japanese to French if the INPI is selected as the office of second filing. If the JPO is the office of second filing, either Japanese or English is acceptable as a translation language.

If all these requirements are fulfilled, both applications shall be considered to have the same earliest date, and the OSF will consider the application to be eligible for accelerated examination.

The road ahead

PPH agreements are well known to bring new opportunities for applicants interested in filing for patent protection of their inventions in multiple jurisdictions. As of January 1, 2021, positive examination results obtained in France could thus directly be used by the JPO (and vice versa), leading to expedited examination and a better chance of prompt OSF approval.

However, while this new process is expected to reduce the duration of patent examination proceedings, as well as what applicants must spend to obtain a patent grant, it should be borne in mind that examiners from different offices may come to different conclusions as far as the patentability of an invention is concerned.

One also has to be mindful that preparing a PPH request involves its own costs. For instance, if the claim is based on positive examination of a patent application — with French as the only language allowed for filing and communicating with the INPI — Japanese or English translations of the claims and all issued office actions will need to be produced and furnished.

Such expenditure may be justified when filing a PPH request to the Japanese Patent Office: As recent statistics have established, the JPO has an 81% granting rate for PPH requests, compared to an average of 75% for all other patent applications.

Taking-the-fast-lane---New-Patent-Prosecution-Highway-programme-between-Japan-and-France03

Given the Franco-Japanese relations in the framework of numerous technological sectors, many applicants will likely take advantage of the opportunity granted by the PPH.

The statistics of the JPO also show that the pendency from a PPH request to the issuance of a first office action can be reduced, on average, from 9.4 to 2.6 months. Similarly, the pendency from a PPH request to issuance of a final decision can be cut to 7.3 months from 14.3. Of course, it must be kept in mind that such results are based on the assumption that the original foreign application's subject matter is considered patentable in the jurisdiction of first filing.

Ideally, comparable results will be obtained in the examination proceedings of Japanese patent applications extended in France under this new PPH program.

Embracing new opportunities

As pointed out when the Memorandum of Cooperation reinforcing the cooperation framework between the two national offices was signed, Japanese patent applicants rank second among foreign entities in France, while French applicants rank 6th in Japan.

The PPH will enable applicants whose applications have been determined to be patentable by the JPO to undergo an accelerated examination at the INPI with a simple procedure upon request of the applicants. Considering the history of Franco-Japanese relations in the framework of numerous technological sectors, particularly the automotive industry, there is strong reason to believe that numerous applicants will take advantage of the opportunity granted by the PPH.

Increased Japanese corporate investment in France, and the expansion of French businesses into Japan's domestic market, could be a major long-term benefit of this new agreement.

En janvier 2021, la France et le Japon renforceront leurs relations dans le domaine de la propriété intellectuelle, avec l'entrée en vigueur d'un nouvel accord sur le traitement des demandes de brevets (Patent Prosecution Highway, PPH) entre l'Office japonais des brevets (JPO) et l'Institut national français de la propriété industrielle (INPI).

Note de l'éditeur : l'article a été écrit avant le 1er janvier 2021 (date d'entrée en vigueur du programme PPH) et avant la publication des lignes directrices officielles.

Contributeurs :
Stéphane Speich

Mandataire en brevets (BE, LU, FR), Mandataire européen en brevets, marques et modèles Conseil en marques et modèles (EM, BX, FR)

Kazuya Sekiguchi
Mandataire en brevets (JP), Mandataire en brevets européens

Cet accord fait directement suite à la réunion du directeur adjoint du JPO, Hiroyuki Nakano, avec l'INPI en février 2020. Il est également une conséquence des changements apportés par le gouvernement français à la procédure d'examen des brevets à l'INPI par le biais de la nouvelle loi de mai 2019 sur le Plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises (PACTE).

Suite à la modification du code de la propriété intellectuelle, et à sa mise en œuvre pour toutes les demandes de brevet déposées en France depuis le 22 mai 2020, les conditions de nouveauté et d'activité inventive doivent être remplies pour qu'un brevet français soit délivré. Les examinateurs peuvent désormais refuser une demande de brevet qui ne répond pas à ces deux critères.

Contactez nos experts !

Maintenant que les systèmes de brevets japonais et français sont alignés, les demandeurs des deux pays pourraient être intéressés de profiter de ce nouvel accord PPH pour accélérer les procédures d'examen dans les deux juridictions. En vertu de cet accord - à condition que toutes les conditions applicables soient remplies - les demandeurs français peuvent demander l'accélération de la procédure d'examen au Japon (et vice versa).

S’insérer sur l'autoroute

Les programmes PPH sont connus pour permettre à un demandeur dont la demande a été jugée brevetable par un office de premier dépôt (office of first filing, OFF) de subir un examen accéléré et simplifié dans l'office de deuxième dépôt (office of second filing, OSF).

Plus précisément, une demande PPH peut être déposée tant que l'OSF n'a pas émis de première notification officielle. Les conditions de dépôt d'une demande PPH entre la France et le Japon seront précisées par des directives spécifiques et seront alignées sur les directives existantes. A savoir :

  • Au moins une revendication doit être jugée brevetable conformément à l’avis émis par l’OFF dans sa dernière notification officielle .
  • La ou les revendication(s) considérée(s) brevetable(s), les notifications officielles correspondantes et l’art antérieur cité par l'OFF doivent être fournis à l'OSF lors du dépôt de la demande PPH.
  • Un tableau de correspondance des revendications doit être présenté, montrant les similitudes et les différences entre les revendications jugées recevables par l’OFF et les revendications telles qu'elles ont été soumises à l'OSF.
  • Une traduction des revendications considérées brevetables et des notifications officielles émises par l’OFF doit être fournie à l’OSF dans sa langue de correspondance.
Taking-the-fast-lane---New-Patent-Prosecution-Highway-programme-between-Japan-and-France02

Une invention considérée comme brevetable par l'Office japonais des brevets peut être considérée plus favorablement par l'autorité française d'examen au vu des résultats d'examen obtenus au Japon, s'ils sont positifs. De même, la possibilité pour l'Office japonais des brevets d'accéder aux résultats de recherche et d'examen INPI d'une demande française accélérera le processus au Japon.

Excepté pour les documents de brevet auxquels l'OFF et l'OSF peuvent accéder, le dernier point énuméré ci-dessus implique que les éléments devant être fournis doivent être traduits du japonais au français si l'INPI est sélectionné comme office de second dépôt. Si le JPO est l'office de second dépôt, le japonais ou l'anglais est acceptable comme langue de traduction.

Si toutes ces conditions sont remplies, les deux demandes seront considérées comme ayant la même date initiale, et l'OSF considérera que la demande est recevable pour faire l'objet d'un examen accéléré.

Un raccourci à privilégier

Les accords PPH sont bien connus pour offrir de nouvelles possibilités aux demandeurs intéressés par le dépôt d'une demande de protection de leurs inventions, par brevet, dans plusieurs juridictions nationales. À compter du 1er janvier 2021, les résultats d'un examen favorable obtenu en France pourraient ainsi être directement utilisés par l'OSF (et vice versa), ce qui entraînerait un examen accéléré et une meilleure chance d'obtenir une approbation rapide de l'OSF.

Toutefois, si ce nouveau processus devrait réduire la durée des procédures d'examen des brevets, ainsi que les dépenses à engager par les demandeurs pour obtenir un brevet à la fois au Japon et en France, il faut garder à l'esprit que les examinateurs de différents offices peuvent arriver à des conclusions différentes en ce qui concerne la brevetabilité d'une invention.

Il faut également garder à l'esprit que la préparation d'une demande PPH peut impliquer des coûts conséquents. Par exemple, si la requête soumise à l’OSF est basée sur l'examen positif d'une demande de brevet - avec le français comme seule langue autorisée pour le dépôt et la communication avec l'INPI - des traductions en japonais ou en anglais des revendications et de toutes les notifications officielles jusqu’alors émises devront être fournies également.

De telles dépenses peuvent se justifier lors du dépôt d'une demande PPH auprès de l'Office japonais des brevets : comme l'ont établi des statistiques récentes, le JPO a un taux de délivrance de 81% pour les demandes PPH, contre une moyenne de 75% pour toutes les autres demandes de brevet.

Taking-the-fast-lane---New-Patent-Prosecution-Highway-programme-between-Japan-and-France03

Compte tenu des relations franco-japonaises dans le cadre de nombreux secteurs technologiques, de nombreux déposants sont susceptibles de profiter de l'opportunité offerte par le PPH.

Les statistiques du JPO montrent également que le délai entre une demande PPH et l'émission d'une première notification officielle et réduit, en moyenne, de 9.4 à 2.6 mois. De même, le délai entre la demande PPH et une décision finale peut être ramené de 14.3 à 7.3 mois. Bien entendu, il faut garder à l'esprit que ces résultats reposent sur l'hypothèse que l'objet de la demande initiale est considéré comme brevetable dans la juridiction du premier dépôt.

Idéalement, des résultats comparables seront obtenus dans le cadre de la procédure d'examen des demandes de brevet japonais étendues en France avec ce nouveau programme PPH, et réciproquement.

Vers de nouvelles opportunités

Comme cela a été souligné lors de la signature du protocole de coopération renforçant le cadre de travail entre les deux offices nationaux, les demandeurs de brevets japonais occupent la deuxième place parmi les entités étrangères en France, tandis que les déposants français occupent la sixième place du podium au Japon.

Le PPH permettra aux demandeurs dont les demandes ont été jugées brevetables par le JPO de requérir un examen accéléré à l'INPI selon une procédure simplifiée. Compte tenu de l'historique des relations franco-japonaises dans le cadre de nombreux domaines technologiques, notamment l'industrie automobile, il y a fort à croire que de nombreux demandeurs profiteront de l'opportunité offerte par le PPH.

L'augmentation des investissements des entreprises japonaises en France et l'expansion des entreprises françaises sur le marché intérieur japonais pourraient constituer un avantage majeur, à long terme, de ce nouvel accord.